banniere theatre

Visite du CDNT par les options théâtre de Seconde

Écrit par MME CHOFFAT. Publié dans Secondes option théâtre.

Séance de Théâtre du 26 septembre 2019

Jeudi dernier, nous avons pris le tram pour aller visiter le théâtre de l'Olympia de Tours.

Sur place nous avons été accueillis par un comédien qui nous a d'abord conduits dans la salle principale, là où des techniciens préparaient le spectacle du soir.
Le comédien nous a alors raconté l'histoire du bâtiment.

Après la seconde guerre mondiale, chaque pays a dû faire des choix sur leur façon de se reconstruire, la France a préféré valoriser la culture. Ainsi, dans certaines villes, des centres dramatique ont vu le jour, celui de l'Olympia en fait partie, il a été inauguré en 2002.
Ces centres diffusaient des pièces de théâtre, nouvelles ou antiques, le principal était que tout le monde puisse y aller, le prix des places était très abordable.
Depuis la création des centres dramatiques, c'est l'Etat qui finance les acteurs les techniciens et le reste du personnel du théâtre en échange de trois missions :
La création : le metteur en scène doit créer ou réadapter une pièce.
La diffusion : le théâtre doit aussi diffuser les créations des autres dramaturges.
La formation : les pièces doivent faire réfléchir le grand public.

Plus tard lors de la visite, nous avons pu observer la maquette du centre et comprendre l'architecture de celui ci. En effet, l'espace disponible pour la construction imposait de nombreuses contraintes aux architectes : occuper une parcelle restreinte (18 × 40 mètres), s'intégrer dans un environnement urbain dense et respecter la présence d'un temple romain en sous-sol.

Les différents espaces s'imbriquent donc les uns dans les autres : sous les gradins se trouvent le bar et le hall d'accueil, au-dessus duquel s'inscrit la salle de répétition, qui elle-même soutient le foyer.
Ces quatre étages sont desservis par deux escaliers croisés en façade a double révolution, comme à Chambord, pour rappeler la région. Ils ont aussi pour but de perpétuer la tradition de pouvoir se « montrer aux autres », comme un défilé (tenues, bijoux ...), ce qui se faisait à l'origine dans le salle de représentation (d'où sa forme en arc-de-cercle) ce qui est impossible dans le théâtre car les gradins ne sont pas en demi- cercle mais en longueur.
Ces escaliers sont visibles de l'extérieur grâce à un habillage de verre et de résille métallique.
Les coulisses sont accolées au bâtiment principal, tandis que les bureaux forment un porche au-dessus de l'entrée de la cour voisine.
Au cœur du bâtiment se trouve la salle de spectacle : un plateau de 13,30m x 12,20m et une jauge de 450 places.
Nous avons ensuite observé le sol à l'entrée du théâtre. Celui ci est composé de plaques rétro éclairées en verre opaques censées représenter une piste de danse.
Chaque bâtiment publique doit consacrer 1% du coût de fabrication de celui ci pour créer une œuvre artistique, l'architecte a fait le choix de ces plaques afin de protéger les vestiges du temple romain (découverts lors de la construction du bâtiment), et de mettre le public dans la lumière. Depuis, un arbre y a élu domicile.
Pour poursuivre la visite nous avons suivi le comédien, qui nous a amené jusqu'à la salle de répétition. Cette salle est simple, il y a 4 murs et un parquet, mais c'est suffisant pour imaginer et créer une pièce. Comme la salle est insonorisée, des comédiens peuvent répéter un spectacle tandis qu'un autre est joué dans la grande salle. Cette pièce sert aussi de salle de réunion quand il faut statuer sur les choix d'interprétation de la pièce.

Ensuite nous sommes passés par le foyer, lieu où les comédiens se reposent ou boivent un café, ce qu'ils peuvent également faire sur la terrasse située sur le toit, avec une vue magnifique sur la ville et ses monuments ;

Nous sommes ensuite arrivés dans les loges, lieu où les comédiens se préparent avant le spectacle. Nous avons pu consater que les miroirs pour se maquiller étaient dotés de dix ampoules, qui servent à éclairer toutes les faces du visages.
Au dessus de la porte d'entrée des loges se trouve un haut-parleur pour annoncer le début du spectacle. Un micro placé sur scène retranscrit le spectacle en cours, de cette façon, les comédiens qui se préparent savent à quel moment monter sur scène.

J'ai trouvé cette visite particulièrement intéressante. Pouvoir entrer dans les coulisses d'un tel lieu fut un privilège. Comprendre le fonctionnement interne, l'organisation des différents corps de métiers, mais aussi les choix des architectes lors de la construction en fonction des contraintes imposées fut captivant et instructif.
A présent il me tarde d'aller y voir L'Ile des esclaves de Jacques Vincey, en ayant à l'esprit tous ces tenants et aboutissants !

Enzo