A la rencontre des Marocains avec les Cuiseurs

Écrit par Marvin, Malvina, Benjamin et Marc Antoine le . Publié dans La cuisson économe

 Lien vers la vidéo des démonstrations et distributions

Une fois une première chauffe réalisée pour tester les capacités des fours qui vont être distribués, nous passons enfin à la phase tant attendue de rencontre avec les marocains.

            Nous avons montré à plusieurs groupes de 20 femmes, comment utiliser du mieux possible leur cuiseur qui va leur être offert. Nous leur avons présentés les différents avantages comme la réduction du temps de chauffe, des gaz nocifs et de la consommation de bois. Cette démonstration fut accompagnée de la cuisson d’un tajine sur un cuiseur, pour rendre plus concret l’explication théorique énoncée. La barrière du langage fut brisée grâce à plusieurs traducteurs qui faisaient l’intermédiaire entre nous et les femmes marocaines. Ces explications furent chaleureusement accueillies par de nombreux « Choukran ».

 

Ces acclamations nous firent chaud au cœur, et nous étions fiers de sentir leur reconnaissance sur leurs visages enchantés. Notre année de travail touchait à son but et la si bonne réception de nos efforts nous comblèrent de bonheur.

Une fois ce temps de démonstration réalisé, un échange culturel inverse s’est produit : bienveillantes, ces mêmes femmes ont montré à un petit groupe d’entre nous, la préparation de la pâte à pain. Cette tradition s’est renforcée par les chants et les danses qui accompagnèrent la fabrication et la cuisson du pain.

Cette invitation au partage de leur culture, a renforcé nos liens nouveaux et nous nous sommes rapidement sentis intégrés dans cet environnement devenant de plus en plus familier.

            Après ce temps de formation réciproque, nous nous sommes mis à distribuer des fours. Chacun de nous a accompagné une femme chez elle, pour mettre en place un cuiseur dans son habitation. Nous sommes donc rentrés pour la première fois dans le village, que nous avons pu découvrir. Les habitations sommaires voire vétustes sont aux antipodes des personnes qui nous ont reçus. Plusieurs habitants ont invité certains d’entre nous à nous restaurer chez eux, comme preuve de gratitude et de reconnaissance