Soleil Solidaire de Tours à Marrakech - Jour 2

Écrit par Maxime T, Maxime M et Léo le . Publié dans Echange Franco-Marocain

Visite de Marrakech

22/02/2015 - Résumé en images

Jour précédent

Aujourd’hui, après un réveil un peu difficile, le Soleil a su nous redonner de l’énergie pour bien commencer la journée. Il faut avouer qu’un petit déjeuner marocain motive également les troupes. Cependant notre enthousiasme s’est vite arrêté, il nous a fallu travailler…le DM de mathématiques (Merci Mme MOUST !).

 

 

 

 

Nous avons pu ensuite manger un succulent couscous à la fondation.

 

C’est donc le ventre plein que nous avons entamé les visites. En premier lieu, nous avons visité l’école coranique (ou Medersa) avec un guide des plus passionnant : Alain Grunberg, anciennement professeur au lycée Descartes à Tours.

 

Cette école fut fréquentée jusqu’en 1954 et a pu compter jusqu'à plus de 200 étudiants issus de milieux sociaux variés. Ecole religieuse, on y a retrouvé une mosquée, un bain d’ablutions et de multiples chambres.

 

Par la suite, nous avons retrouvé Patrick Manac’h au musée de la photographie. L’objectif de son fondateur était de créer des archives de la culture Marocaine depuis la fin du 19e siècle.

C’est avec passion qu’il nous expliqua quelques anecdotes des photos. Après une vingtaine de minutes nous avons eu la chance de boire un thé à la menthe sur la terrasse du bâtiment; la vue sur l’Atlas enneigé était superbe.

 

Enfin nous avons terminé la journée, après avoir traversé les souks et la Médina, par une visite de la Doueria, restaurée par des artisans marocains faisant ressortir une architecture typique du XVI siècle (preuve avec ci-dessous de l’époque Moulay Issmail, pendant le règne de Louis XIV).

Après notre dernier repas de la journée à la fondation, nous devions rentrer au centre d’hébergement. C’est alors que débuta un grand périple. En effet, les encadrants ont eu la merveilleuse idée de prendre les transports en commun. Cependant, ce qu’ils ne savaient pas, c’est que Marrakech tout entier prenait le même bus que nous… Une belle proximité avec la culture marocaine et son intimité. Ainsi se termine ce chapitre.

 

Ecrit par Maxime T., Maxime M et Léo

 Jour suivant