Choix de la technique

Écrit par Théo le . Publié dans Comment adapter le four solaire à la distillation d'huiles essentielles ?

Nous avons réalisé ces deux techniques avec du matériel classique de laboratoire (comme sur les schémas) en utilisant la même masse de lavande (10 grammes) et le même volume d'eau (150mL) pour chaque technique.


Le montage d'hydrodistillation

Nos constats sont les suivants :
-On obtient un rendement du même ordre de grandeur : environ une à deux gouttes d'huile pure pour ces quantités.
-La phase aqueuse est odorante, il faut donc vérifier si elle ne contient que de l'eau.
-Pour l'hydrodistillation, les fleurs de lavande en contact avec la paroi du ballon ont été exposées à une trop forte température lorsque le volume d'eau a diminué et ont noirci en libérant une odeur de brûlé non souhaitée et très désagréable.

Pour comparer les huiles obtenues avec les deux techniques différentes, nous avons mesuré leurs indices de réfraction grâce à un réfractomètre.

Un réfractomètre

Dans un réfractomètre, l'indice de réfraction (noté n) est calculé en mesurant l'angle de réfraction de la lumière lorsqu'elle traverse le milieu grâce à la loi de SnellDescartes sur la réfraction (n 1 .sin(Ɵ 1 )=n 2 .sin(Ɵ 2 )).

En effet lorsqu'un rayon lumineux change de milieu, il est réfracté. L'angle de réfraction de la lumière n'est pas le même selon le milieu donc deux milieux différents n'auront pas le même indice de réfraction.

Voici les résultats :
L'indice de réfraction de l'huile obtenue grâce à l'entraînement à la vapeur est de 1,459.
Celui de l'huile obtenue par hydrodistillation est de 1,462.
Il y a donc une très légère différence qui peut être due à une imprécision de l'appareil ou expliquée par la trop forte exposition à la chaleur de l'huile obtenue par hydrodistillation.

Pour vérifier s'il y avait une différence entre l'eau pure et l'eau obtenue, nous avons également mesuré son indice de réfraction, qui est de 1,333 quelle que soit la technique utilisée ; c'est à dire celui de l'eau.
Il n'y a donc que des traces indécelables par cette technique des substances odorantes dans l'eau obtenue grâce aux deux techniques.

 

Notre choix

Les deux techniques sont tout à fait viables, cependant pour éviter le problème de l'odeur désagréable de brûlé lorsque l'eau vient à manquer dans une hydrodistillation, notre choix s'est porté sur la distillation par entraînement à la vapeur pour éviter le contact entre les parois du récipient et les plantes qui grille ces dernières.